Manger bien malgré la radio et la chimio

  data-src=
Trop de personnes aux prises avec le cancer omettent l’alimentation dans leur liste de priorités et mangent de moins en moins. Voici des outils pour les aider et pour inspirer leurs proches. Photo: Pexels

(Hélène Laurendeau/ Ricardo Cuisine) Un diagnostic de cancer. Des traitements qui entraînent de multiples effets secondaires. Et un besoin vital: manger. Mais comment?

Si l’on se fie aux données actuelles, 40 % des femmes et 45 % des hommes au Canada seront atteints d’un cancer au cours de leur vie. Bon nombre d’entre eux devront affronter des jours, des semaines, des mois, voire des années de chimio et/ou de radiothérapie.

Les effets secondaires de ces traitements sont pratiquement incontournables et peuvent survenir à tout moment à des degrés variables; certains seront passagers, d’autres permanents. Malgré une rumeur assez répandue, leur présence ou leur absence ne signifie en rien que le traitement fonctionne ou pas.

Plusieurs effets secondaires de la radio et de la chimio – comme on les appelle communément — influent sur l’alimentation: fatigue, perte d’appétit et de poids, difficulté à avaler, altérations du goût et de l’odorat, nausées et vomissements, sécheresse de la bouche et de la gorge, salive épaisse, ulcères, diarrhée, constipation, brûlures d’estomac et reflux, aversions alimentaires. (…)

[button href=”https://www.ricardocuisine.com/chroniques/a-votre-sante/372-manger-malgre-la-radio-et-la-chimio” arrow=”true” new_tab=”true”]voir version intégrale[/button]

Catégories