La pollution de l’air augmente le risque de cancer du sein

  data-src=
Les femmes exposées pendant leur transition ménopausique ont un risque accru. Photo: iStock

(Alexandra Bresson/ Santé Magazine) –– Une étude menée par des chercheurs français prouve qu’une exposition sur le long terme au BaP (benzo[a]pyrène) atmosphérique favorise l’apparition d’un cancer du sein, car ce polluant a effet de perturbateur endocrinien.

De nombreuses études l’ont déjà démontré : la qualité de l’air représente un enjeu sanitaire majeur compte tenu de la responsabilitéde la pollution de l’air dans la prévalence de nombreuses maladies. Les effets des polluants atmosphériques sont classés en deux groupes : immédiats (crises d’asthme, exacerbation de troubles cardiovasculaires et respiratoires) et à long terme (pathologies cardiovasculaires et respiratoires, troubles neurologiques…).

Dans cette catégorie se trouve également le risque de cancer, et une nouvelle étude vient de confirmer ce lien, qui concerne plus précisément l’impact de l’exposition à long terme au BaP (benzo[a]pyrène) atmosphérique sur le cancer du sein. (…)

[button href= »https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-sante/pollution-de-lair-une-etude-prouve-un-risque-de-cancer-du-sein-en-cas-dexposition-a-long-terme-880438″ arrow= »true » new_tab= »true »]voir version intégrale[/button]