Il existerait quatre « sous-types » d’alzheimer associés à la protéine tau

La phosphorylation (jaune) de la protéine tau (rouge-orange) entraîne la désintégration des microtubules et l’agrégation en enchevêtrements neurofibrillaires (orange) dans l’axone d’un neurone. Photo: iStock

(CBC/Radio-Canada) — La protéine tau, dont l’accumulation est associée à l’apparition de l’alzheimer dans le cerveau, se propage selon quatre schémas distincts qui entraînent des symptômes différents de la maladie, a découvert une équipe internationale dont fait partie le chercheur Jacob Vogel de l’Institut-hôpital neurologique de Montréal (NEURO).

Il faut savoir que deux substances sont associées à l’apparition de la maladie d’Alzheimer dans le cerveau : la protéine bêta amyloïde et la protéine tau.

Dans le premier cas, les molécules A bêta s’agrègent et forment des plaques qui bloquent le transfert de signaux entre les neurones, entraînant la mort des cellules. (…)

voir version intégrale

share/partager