Infertilité : une piste à suivre dans la moelle osseuse

(Catherine Cordonnier/ Top Santé) — La moelle osseuse d’une femme pourrait déterminer sa capacité à démarrer une grossesse et à la mener à bien jusqu’au terme, selon une étude de l’Université de Yale, aux Etats-Unis.

« Nous avons toujours su que pour démarrer une grossesse et la mener à bien, vous devez avoir des ovaires pour fabriquer des œufs et un utérus pour recevoir l’embryon. Mais savoir que la moelle osseuse a aussi un rôle à jouer, voilà qui change la donne » explique le Dr Hugh Taylor du service d’obstétrique, gynécologie et sciences de la reproduction à Yale.

Le médecin vient en effet de montrer dans une étude publiée dans la revue Plos biology, que lorsqu’un ovule est fécondé, les cellules-souches quittent la moelle osseuse pour se rendre dans l’utérus via la circulation sanguine, où elles contribuent à transformer la muqueuse utérine en vue de l’implantation du fœtus.

« Si la muqueuse ne parvient pas à effectuer cette transformation essentielle, l’embryon ne peut pas s’implanter et le corps met fin à la grossesse » explique le médecin. (…)

voir version intégrale

share/partager