Les effets de la COVID sur le cerveau se confirment

Certaines études ont montré que la proportion de troubles cognitifs étaient plus élevée chez les anciens malades de la COVID. Photo: Pexels

(Julien Dery/ Le Soleil) — La COVID, avant tout une maladie respiratoire, pourrait aussi frapper le cerveau. Soupçonnés depuis le début de la pandémie, les effets neurologiques de la maladie semblent désormais avérés par des travaux récents, y compris en cas de formes légères.

On observe «un impact délétère lié au SARS-Cov-2», le virus à l’origine de la COVID, dans les cerveaux de personnes infectées des mois plus tôt, selon une étude publiée lundi dans la revue Nature.

Ce travail est important car il apporte les preuves les plus solides en date que la COVID peut avoir des conséquences à long terme sur le cerveau, en particulier la «substance grise» qui comprend les neurones.

L’idée n’est pas nouvelle. Elle est quasiment évoquée depuis le début de la pandémie début 2020, nombre de médecins ayant alors constaté des troubles neurologiques chez des patients atteints de la COVID. (…)

Catégories