Cancer du sein : derrière le dépistage, le débat

  data-src=

(François Clapeau/ France-Info) — En ce mois d’octobre, le site internet de la Ligue contre le cancer est paré de rose, et les opérations de communication se multiplient en France et dans notre région.

Au niveau national, un programme de dépistage organisé cible les femmes âgées de 50 à 74 ans à risque moyen, c’est-à-dire sans symptôme apparent ni facteur de risque particulier.
Elles sont invitées tous les deux ans à réaliser une mammographie et un examen clinique des seins auprès d’un radiologue agréé.

L’enjeu est important : le cancer du sein, c’est en France 58 000 nouveaux cas par an, et environ 12 000 décès. Il s’agit du cancer le plus fréquent et le plus meurtrier pour les femmes.

Ce dépistage organisé a vu le jour dans les années 90, et la Haute-Vienne a fait partie des premiers départements à le mettre en place. Il s’est généralisé dans tout le pays en 2004.

Mais ce dépistage organisé du cancer du sein soulève aussi des questions et un débat s’est imposé au sein même de la communauté scientifique. (…)

[button href= »https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/limoges/cancer-du-sein-derriere-depistage-debat-1736829.html » arrow= »true » new_tab= »true »]voir version intégrale[/button]