Un nez électronique pour renifler nos maladies

Bientôt, des nez électroniques multifonctions ultra sensibles réagiront aux moindres polluants, vapeurs toxiques et explosives ou encore pourront analyser la fraîcheur des aliments. Photo: Pexels

(Dominic Desaunay/ RFI) — Les chercheurs français ont mis au point un nez artificiel capable de mesurer la concentration d’ammoniac dans l’haleine.

L’objectif de ce dispositif à usage médical est d’assurer un suivi personnalisé des patients atteints d’insuffisance rénale chronique. À terme, les nez électroniques permettraient de détecter les premiers symptômes de n’importe quelle pathologie et d’établir un diagnostic médical complet à partir de notre haleine.

Mais la saga de ces senseurs renifleurs ne s’arrête pas là. Les chercheurs envisagent aussi de développer des nez artificiels pour identifier la présence de bactéries et même de déterminer la nature et la concentration de virus dans un endroit clos. (…)

voir version intégrale

share/partager