Une recherche sur les raisons pour lesquelles certains bébés meurent du SMSN

Bien que l’étude identifie un marqueur chimique important dans un petit groupe de nourrissons, il est trop tôt pour dire si des tests généralisés pour la BChE seront utiles.

(Merlin Charpie/ News 24-FR) — Des scientifiques australiens ont découvert que certains bébés à risque de syndrome de mort subite du nourrisson, ou SMSN, ont de faibles niveaux d’une enzyme appelée butyrylcholinestérase (BChE) dans leur sang. Leur étude, publiée le 6 mai dans la revue eBioMedicine, pourrait ouvrir la voie au dépistage et aux interventions néonatales si les résultats sont corroborés par d’autres recherches.

“C’est la première fois que nous avons un biomarqueur potentiel pour le SMSN”, a déclaré le Dr Carmel Harrington, qui a dirigé la recherche à l’hôpital pour enfants de Westmead, à Sydney, en Australie.

Les chercheurs tentent de réduire les fondements biologiques du syndrome déroutant depuis des décennies. Et bien que les campagnes de santé publique aient considérablement réduit l’incidence du SMSN, il reste l’une des principales causes de mort subite et inattendue chez les nourrissons de moins de 1 an dans les pays occidentaux. (…)

Catégories