Cinq choses à ne pas dire à ceux et celles qui souffrent de problèmes d’infertilité

Les traitements de fertilité peuvent comporter des procédures invasives ou douloureuses telles que l’auto-injection d’hormones. Shutterstock

(Jennifer L. Gordon/ The Conversation) –– Au Canada, un couple sur six vit un problème d’infertilité, qu’on définit comme étant une absence de grossesse après au moins 12 mois de relations non protégées.

L’infertilité est source de stress. Les recherches montrent que le niveau de détresse des personnes souffrant d’infertilité est comparable à celui de patients atteints d’un cancer.

Les taux de dépression et d’anxiété sont élevés, en particulier chez les femmes, qui portent la plus grosse partie du fardeau physique associé aux traitements de fertilité, avec des échographies fréquentes et des auto-injections d’hormones, entre autres procédures invasives et douloureuses. (…)

Catégories