Mon cancer devra attendre

Détail de La naissance de Vénus, de Botticelli. PHOTO GETTY IMAGES

(Éliane Roux/ La Presse) — La lettre s’adresse à la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

J’écris pour porter à votre attention l’impact désastreux de l’annulation des interventions chirurgicales pendant la crise de la COVID-19 sur les personnes atteintes d’un cancer. Je vous demande de trouver une solution afin de remédier à cette situation.

J’ai 46 ans, j’ai un cancer du sein et je devais subir le 2 avril à Montréal une mastectomie avec reconstruction. Le 23 mars, j’ai appris que mon opération avait été annulée, dans le cadre de la réorganisation des centres hospitaliers visant à affronter la pandémie de la COVID-19.

On m’a diagnostiqué un carcinome canalaire in situ en janvier dernier à la suite d’une série d’examens commencés en novembre 2019. Il ne s’agit pas d’un cancer dit agressif, cependant mon cas présente des complications qui ont motivé le choix d’une mastectomie avec biopsie axillaire. En particulier, des saignements provoqués par une biopsie ont entraîné une dispersion des cellules cancéreuses. Par ailleurs, les tissus sont extrêmement denses et remplis d’hématomes, ce qui pose des difficultés d’analyse avec les images. C’est l’analyse postopératoire qui permettra d’établir avec certitude l’état du cancer. (…)

voir version intégrale

share/partager