Grossesse : une étude sur le dépassement du terme arrêtée suite à des décès

© iStock

(Hélène Bour/ Parents) — Actuellement, il n’existe aucun consensus international quant à la procédure médicale à suivre en cas de dépassement de terme. Certains pays comme le Royaume-Uni préfèrent prendre le risque d’attendre une à plusieurs semaines, tandis que d’autres préfèrent déclencher l’accouchement, de peur que le placenta, trop “vieux”, ne joue plus son rôle de barrière.

En France, les gynécologues-obstétriciens parlent de grossesse qui se prolonge au-delà de 41 semaines d’aménorrhée (SA), et de dépassement de terme au-delà de 42 SA (calcul depuis le 1er jour des dernières règles). Et le corps médical est plutôt en faveur du déclenchement, au nom du principe de précaution.

Pour tenter de déterminer quand la balance bénéfices-risques penche pour le déclenchement, des chercheurs suédois avaient entrepris une étude scientifique sur un grand nombre de femmes, pour que l’étude soit statistiquement significative. Dirigée par l’hôpital universitaire Sahlgrenska de Göteborg, l’étude suédoise incluait 10 000 femmes suivies au sein de 14 hôpitaux du pays. (…)

voir version intégrale

share/partager