Cancer col de l’utérus: un test «prometteur» détecte des lésions à haut risque

PHOTO ADOBE STOCK

(Agence France-Presse) — Un test sur des prélèvements vaginaux et de l’urine, recueillis par la femme elle-même à domicile, permet de détecter des lésions du col de l’utérus à haut risque d’évoluer en cancer, selon des chercheurs britanniques.

Le Dr Belinda Nedjai et ses collègues de la Queen Mary University de Londres ont présenté leurs travaux lundi à la 2019 NCRI cancer conférence qui se tient jusqu’au 5 novembre à Glasgow.

Leur étude, non encore publiée dans une revue scientifique mais communiquée à la presse, a porté sur 620 femmes qui ont envoyé au laboratoire des écouvillons de prélèvements vaginaux et un prélèvement d’urine pour 503 d’entre elles.

Le test S5 mis au point par le Dr Nedjai et ses collègues de Queen Mary mesure la méthylation de l’ADN – un changement chimique d’une des quatre lettres de base de l’ADN qui composent le code génétique humain. (…)

voir version intégrale

share/partager